Communique de final de l’atelier

L’an 2011, le lundi 08 Aout s’est ouvert dans la salle de réunion de l’hôtel Terminus de Niamey, l’atelier de consultation nationale des OSC nigériennes sur l’efficacité de l’aide et du développement pour une durée de deux jours. Les travaux de la première journée de l’atelier se sont déroulés en six séances :


Communiqué  final de l’atelier

  • La cérémonie d’ouverture de l’atelier ;
  • La présentation des participants et la formulation par eux-mêmes de leurs attentes ;
  • La communication du Gouvernement suivie de débats ;
  • La communication des Partenaires techniques et Financiers suivie de débats ;
  • Les communications des OSC suivies de débats
  • La constitution de groupes de travail.

La première séance a débuté à 09 heures 20 mn et a consisté à trois allocutions. La première allocution a été prononcée par le coordonnateur national du RODADDHD, monsieur Laoual Sayabou qui, en substance après avoir souhaité la bienvenue aux participants et aux invités s’est appesanti sur  l’importance et les objectifs de l’atelier ainsi que les résultats attendus. La seconde allocution a été celle du représentant des partenaires techniques et financiers, monsieur Abdouramane Traoré, qui a brièvement rappelé l’ensemble du processus depuis la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide, en passant par les enquêtes OCDE, le sommet de haut niveau d’Accra pour enfin aboutir à l’étape actuelle de préparation du futur sommet de haut niveau de Busan. La troisième et dernière allocution a été celle du représentant de la  Direction générale du plan, coordonnatrice nationale de l’enquête OCDE, monsieur Mamadou Dan Karami qui après avoir salué l’initiative des consultations nationales des OSC nigériennes sur l’efficacité de l’aide et du développement, a exhorté les participants à examiner au cours de leurs travaux quelques sujets de préoccupation suivants :

  • L’analyse des défis liés à l’efficacité de l’aide au développement en vue d’établir un plan d’action national pour assurer l’efficacité de l’aide ;
  • La maîtrise des contours de l’efficacité de l’aide au développement et les questions afférentes à l’efficacité du développement ;
  • L’implication des OSC dans la gestion de l’aide au développement ;
  • La contribution au 4ème forum de haut niveau qui se tiendra à Busan en Corée du sud ;

Il a enfin terminé son allocation en déclarant ouvert l’atelier de consultation nationale des OSC nigériennes sur l’efficacité de l’aide et du développement, tout en souhaitant pleins succès à ses travaux.
Après ces différentes allocutions, les participants ont observé une pause afin de permettre aux invités et à la presse de se retirer.
A la reprise, la deuxième séance a consisté à la présentation des participants et à la formulation par eux-mêmes de leurs attentes au sortir de l’atelier. A l’issue de cette séance, les attentes suivantes ont été recensées :

  1. Etablir un lien étroit entre Accra à Busan ;
  2. Passer de l’efficacité de l’aide à l’efficacité du développement ;
  3. Capitaliser les acquis d’Accra et faire des recommandations pour que les OSC profitent aussi de l’aide ;
  4. Il faut veiller à ce qu’il ait moins de conditionnalités part rapport à l’aide ;
  5. Faire en sorte que les OSC participent non seulement aux négociations mais aussi à la gestion de l’aide ;
  6. Dégager une vision claire par rapport à l’aide ;
  7. Sortir quelque chose de spécifique au Niger qui cadre avec nos réalités ;
  8. Comprendre les enjeux de l’aide et de son efficacité ;
  9. Etre outillé sur la thématique en vue de relayer l’information ;
  10. Donner notre propre vision de l’aide par rapport à nos réalités ;
  11. Que les OSC mènent des actions pertinentes de sensibilisation en direction des populations ;
  12. Etablir un lien entre l’aide et le développement et présenter les différents mécanismes ;
  13. Avoir des informations suffisantes par rapport à la question de l’aide.

Ainsi, à l’issue des travaux  de  cet atelier, les résultats suivants sont attendus:

  1. Formuler un plan de campagne des OSC sur l’aide et l’efficacité du développement ;
  2. Produire une déclaration des OSC qui contient des recommandations pertinentes pour le Forum de Haut Niveau de Busan ;
  3. Renforcer la plateforme nationale des OSC pour l’efficacité de l’aide ;
  4. Approuver le BetterAid.

La troisième séance a consisté à la présentation de la communication de Mr Mamadou Dan Karami, représentant de la Direction générale du Plan. Son exposé a été axé sur trois points :

  • Une présentation sur le volume d’aides reçu au Niger ;
  • Une présentation sur l’évaluation de la Déclaration de Paris en phase avec le Plan d’Action d’Accra ;
  • Et enfin la position du Gouvernement sur Busan.

Après la communication, la parole a été donnée aux participants pour des éclaircissements et des contributions aux débats. Les différentes interventions ont été axées autour des points suivants :

  • La gestion de l’aide et du développement au Niger ;
  • L’évolution vers la non dépendance de l’aide au Niger ;
  • Le manque d’une politique de l’aide au Niger ;
  • Les problèmes rencontrés dans la mise en œuvre de la déclaration de Paris.

Reprenant la parole, le conférencier a tout d’abord remercié les différents intervenants par rapport à l’intérêt que son exposé a suscité avant de répondre aux diverses questions qui lui ont été posées.
La quatrième séance a consisté à la présentation de la communication du représentant des partenaires technique et financiers Mr Abdouramane Traoré qui a été axée sur deux points essentiels :

  • Premier point ; Un regard des PTF sur la mise en œuvre de la Déclaration de Paris, le Plan d’Action d’Accra et le rapport sur le plan d’Action d’Accra.

Ce premier point a été développé par le conférencier en deux sous points.

  1. Regard sur la mise en œuvre de la Déclaration de Paris,
  2. Le plan d’action de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris.
  3. Deuxième point ; la position des Partenaires sur le sommet de haut niveau qui se tiendra à Busan qu’il a intitule en route pour Busan.

Ce deuxième point a aussi été développé en deux sous points par le conférencier.

  1. Ce qui doit changer en général,
  2. Ce qui doit changer pour le Niger

Après avoir suivi l’exposé, les participants ont observé une pause prière.
A la reprise des travaux, compte tenu du retard accusé dans le déroulement du calendrier de l’atelier, une motion de procédure qui consiste à enchaîner sur toutes les communications a été adoptée. C’est ainsi que la troisième et la quatrième communication ont été présentées respectivement par Mr Laoual Sayabou, coordonnateur national du RODADDHD axée sur la présentation du processus ayant abouti a la reconnaissance des OSC comme acteurs à part entière de développement et celle présentée par Mr Souley Alarou du RODADDHD, axée sur les huit principes d’Istanbul. Avant de donner la parole à l’assistance pour les éclaircissements et les débats, Mr Laoual Sayabou a repris la parole pour présenter l’esquisse du document de plaidoyer des OSC  sur le sommet de haut niveau de Busan.
Ce document intitulé « élément de consensus de Niamey » s’articule autour de quatre points.

  • La coopération au développement qui vise à aller vers l’auto développement des populations ;
  • Démocratiser le débat sur laide ;
  • Les Gouvernements doivent définir leurs politiques publiques en toute liberté ;
  • Les objectifs du développement doivent tirer laide et non le contraire.

Par la suite, la parole a été donnée aux participants qui ont axé leurs interventions sur les points suivants :

  • Des questions sur les critères d’évaluation de l aide au développement et des politiques publiques ;
  • Des questions sur le leadership et la souveraineté des Gouvernements et des Etats ;
  • Des questions sur le renforcement de capacité institutionnelles des OSC par les PTF.
  • Des questions sur les difficultés d’absorption de laide au Niger ;
  • Des questions sur la participation et leur contribution des OSC au sommet de haut niveau de Busan.

Reprenant tour à tour la parole, les quatre conférenciers  ont répondu aux questions qui leur ont été posées.
Enfin, les participants se sont constitués en quatre groupes thématiques pour les travaux en groupe prévus au cours de la deuxième journée de l`atelier. Apres la désignation des présidents des groupes le Coordonnateur a levé la séance à 16h 45mn.
Les travaux de la deuxième journée de l’atelier ont repris le mardi 09 aout 2011 à 09 heures 10mn avec comme première séance le rappel de la composition des groupes suivi dune réunion d’explication des TDR pour chaque groupe entre la table de séance et les présidents des groupes.
C’est ainsi que les différents groupes ont été alignés sur les thématiques comme suit :

  • Groupe 1 : Evaluer en détail et renforcer les engagements pris a Paris et a Accra ;
  • Groupe 2 : Approfondir l’efficacité de développement par le biais de pratiques fondées sur les normes en matière des Droits humains ;
  • Groupe 3 : Aider les OSC en tant qu’acteurs de développement de plein droit, et créer un environnement propice pour leur travail dans tous les pays ;
  • Groupe 4 : Promouvoir une architecture de coopération au développement juste et équitable.

Les différents groupes ont travaillé de 9h 45mn à 13 h et la plénière a repris ses travaux a 13h 15mn en vue de l’amendement et de l’adoption des travaux menés par chaque groupe.
C’est ainsi que tour a tour les présidents des groupes ont eu à présenter le travail fait par leur groupe et après chaque exposé une liste d’intervention  est ouverte pour des questions et ou des amendements puis la plénière a procédé à l’adoption du travail du groupe.
A l’issue cette séance, la plénière a adopté plusieurs documents et une déclaration dite de Niamey,